Provinces
Régions
Villes
Publications
Partager
Nouvelles locales et régionales
Mon hebdo virtuel | Bas-Saint-Laurent/Gaspésie 2013-05-05 00:15:00
Page 1 de 3
  • Partager
    Page 1

    Des nouvelles tous les jours progresecho.ca AD{JB011069668} AD{JB011319342} DESAULNIERS AVOCATS Droit criminel 38, rue Saint-Germain Est, bureau 301, Rimouski 418 722-4646 Cell. : 418 318-4226 desaulniersavocats@globetrotter.net JB011277926 JB011319342 JB011078117 JB011068822 JB011281308 Photo PIERRE MICHAUD Chicane de cuisine à Rimouski-Est P7 Le pianiste Gaston Brisson honoré pour son oeuvre P8 Photo MIGUEL TREMBLAY CENTENAIRE DANS UN ÉTAT CRITIQUE Au fond du ravin Le dimanche 28 avril 2013 N o 14 | 24 pages | 108 e année 28 451 exemplaires Ste-Luce à St-Fabien et St-Charles à Trinité-des-Monts PAGE 5

  • Partager
    Page 2

    www.rimouskiweb.com 2 Progrès Écho, le dimanche 5 mai 2013 progresecho.ca «GRATTEUX » DE 30 000$ Loto-Québec fera un chèque... mais à qui ? Mireille Lévesque, de Sainte- Luce (secteur Luceville), saura d'ici une à deux semaines si elle pourra ou non empocher un lot de 30 000 $ associé au billet de Scrabble qu'elle a gratté le 27 février dernier, à l'épiceriedé panneur Pineault de Sainte- Luce, où elle travaille depuis 18 ans. SONIA LÉVESQUE sonia.levesque@quebecormedia.com Depuis que son histoire est médiatisée, Mme Lévesque reçoit de nombreux encouragements. « Les gens me disent que je mérite ce montant », dit la dame à qui Loto-Québec refuse de payer le gain parce qu'elle a gratté son billet avant de le payer. Le 27 février, Mireille Lévesque a fait ce qu'elle faisait régulièrement: elle a pris un billet dans le comptoir sans le payer au préalable. En constatant à sa grande surprise qu'elle avait gagné le lot, elle s'est empressée de le payer. « Tous les employés peuvent faire «marquer» leurs achats et les payer plus tard. Ça fait des années que c'est JB011326226 AD{JB011326226} comme ça pour les bons clients et les habitués de l'endroit», explique Mireille Lévesque qui est en arrêt de travail depuis le 15 avril à la suite de cette histoire. Politique de « marquage » « Quand un employé d'un point de vente gagne plus de 10 000 $, ça fait partie des normes de Loto-Québec de faire enquête » commente son porte-parole, Jean-Pierre Roy. « On n'a jamais fait face à une telle situation, poursuit M. Roy, ça nous permet de faire une réflexion sur cette politique de « marquage » dans cet établissement et dans d'autres ». Une chose est sûre: « il y aura le versement d'un chèque de 30 000 $. La question est de savoir s'il sera versé à la dame qui a gratté le billet ou à la propriétaire de l'épicerie » ajoute Jean- Pierre Roy. Mireille Lévesque continue d'espérer que Loto-Québec lui reconnaisse le droit au lot de 30 000 $. « Nulle part dans les règlements de Loto-Québec, il est écrit que le billet doit être payé avant d'être gratté », tranche-t-elle. Mireille Lévesque avec le coupon de confirmation et le billet gagnant qui est devenu une source d'insomnie depuis le 27 février dernier. PHOTO SONIA LÉVESQUE De dignes marcheurs La Maison de fin de vie Marie- Élisabeth de Rimouski tiendra son 6e Marchethon de la dignité, le dimanche 5 mai à 9 h 15, soulignant du même coup la Semaine nationale des soins palliatifs. Le Marchethon se veut une activité permettant au public de démontrer sa solidarité envers cette Maison qui, depuis mars 2010, a accueilli plus de 375 personnes et leurs proches pour leur offrir gratuitement des services de soins palliatifs. Le comité organisateur souhaite recueillir 65 000 $ et rassembler plus de 600 marcheurs. La présidence d'honneur est confiée de façon conjointe à Bernard Dionne, vice-président de BMO Nesbitt Burns, et à Marie-Josée Lavoie, pharmacienne et co-propriétaire de la pharmacie Uniprix Cathédrale. Le parcours de 10 km comprend un arrêt est prévu à la Maison Marie-Élisabeth pour une cérémonie de recueillement. Ce Marchethon sera couronné d'un BBQ, servi gratuitement aux marcheurs, avec tirage de prix de présence (infos : www.maisonmarieelisabeth.ca). On peut s'inscrire dès 8 h au Colisée.

  • Partager
    Page 3

    progresecho.ca AD{JB011303991} JB011303991 Progrès Écho, le dimanche 5 mai 2013 3 Les compteurs d'eau ont été acquis par la Ville de Rimouski de la firme Nella Distributions, pour 226 531 $, et sont entreposés à l'édifice des travaux publics. Le contrat est contesté dans une démarche juridique menée par le fabricant de compteurs Master Meter Canada, dont le distributeur avait présenté une soumission inférieure de 75 000 $ à celle retenue mais qui a été jugée non conforme. RENCONTRES AVEC DES PROPRIÉTAIRES D'IMMEUBLES Rimouski commence à « vendre » son projet de compteurs d'eau... Rimouski commence à tenir des assemblées d'information avec les propriétaires d'immeubles et ges tionnaires d'industrie, de commerce et d'institution (ICI) pour présenter son projet d'ins - tallation des compteurs d'eau. PIERRE MICHAUD Quatre cent compteurs d'eau doivent être installés dans 250 ICI d'ici le début de 2014, alors que débutera la facturation. Selon un document dont LE JOURNAL a obtenu copie, la Ville louera les compteurs aux propriétaires concernés, à un tarif variable selon le diamètre de l'appareil utilisé. Les frais varient de 70 $ (19 ou 25 mm de diamètre) à 340 $ (150 mm) par année. Le propriétaire de l'immeuble aura à défrayer les frais d'installation par un plombier qui devra confirmer la confor- mité du système à la Ville. La comptabilisation de la consommation commencera en janvier 2014. La facture annuelle sera composée : -du tarif de location; -du tarif de 180 $ pour la fourniture d'eau par local ou logement; -du tarif de 65 $ pour l'assainissement, ET, si la consommation excède 300 mètres cubes par local/logement : -d'une facture de 44 cents le mètre cube pour la fourniture de l'eau; -d'une facture de 17,15 cents le mètre cube utilisé pour l'assainissement. Avis partagés Et comment des gestionnaires informés accueillent-ils ce projet? « Rimouski devait poser ce geste de développement durable. Je crois qu'on est en retard sur Rivière-du- Loup et Matane à ce chapitre. C'est sûr qu'il y aura des frais mais ça me semble moins important et moins compliqué que ce que j'appréhendais. Je suis d'accord pour faire ma part pour préserver cette importante ressource qu'est l'eau », dit Charles Albert. « On ne peut pas être contre la vertu mais c'est encore quelque chose qui vient s'ajouter. Cela met une pression supplémentaire sur les finances de notre entreprise. Et on paye déjà une taxe d'eau. Tout augmente mais les profits baissent. Il faut être vraiment performant pour réussir en affaires, de nos jours », constate Serge Harvey. JB011304417 RACINE RACINE Nettoyage du printemps, fertilisant, tonte et taille de haies. 9 ans d'expérience! 418 418 731-0074 AD{JB011304417} JB01471012 AD{JB011319224} ...Et le règlement n'est même pas adopté! P.M. La Ville de Rimouski amorce ses préparatifs et a procédé à l'achat des compteurs d'eau mais le règlement officialisant la démarche n'est pas encore adopté. Une résolution en ce sens doit être entérinée par le conseil municipal ce lundi, 6 mai, en assemblée régulière. Un avis de présentation, étape qui précède l'adoption d'un règlement, a été déposé le 15 avril. Par ailleurs, la Ville va aussi de l'avant malgré la démarche juridique entamée par un fabricant de compteurs d'eau, Master Meter Canada, qui tente de faire annuler le contrat accordé à Nella Distributions pour que ce soit son distributeur, Brunet, qui l'obtienne. L'affaire est en cours. « J'ai vérifié et il n'y a pas de vice de procédure, car l'avis de présentation a été déposé. Les membres du conseil sont donc avisés que ça va se faire, tout comme la population. J'ai vérifié dans la loi sur les Cités et villes et l'article 356 prévoit qu'on pourrait donner une copie de règlement aux personnes rencontrées mais on va plus loin que ça en tenant des assemblées de consultation. De plus, ça répond aux préoccupations exprimées dans le cadre de la consultation Rimouski 2020, où les citoyens nous ont dit qu'ils souhaitent de la transparence dans les actions du conseil municipal », explique la greffière, Monique Sénéchal.

  • Partager
    Page 4

    www.rimouskiweb.com 4 Progrès Écho, le dimanche 5 mai 2013 progresecho.ca AD{JB011298122} www.hebdos regionaux.ca /bas-st-laurent Nouvelle politique pour la famille Des « Nics » de retour avec l'or Partagez vos commentaires www.hebdosregionaux.ca/ bas-st-laurent/opinion Soyez journaliste citoyen www.hebdosregionaux.ca/ bas-st-laurent/mon-topo Bernard Voyer incite les personnes handicapées à rêver pour se dépasser L'explorateur rimouskois Bernard Voyer incite les personnes handicapées à croire en leurs rêves afin de se dépasser. ALEXANDRE D'ASTOUS alexandre.dastous@quebecormedia.com «Chacun a son Everest. Il faut se lever et agir pour réaliser ses rêves», lance le président d'honneur du colloque «La réussite audelà de la différence» présenté jeudi à l'UQAR. M. Voyer a présenté une conférence où il a fait plusieurs liens entre ses exploits d'explorateur et les obstacles que doivent surmonter les personnes handicapées pour réaliser leurs rêves. «Je vous partage ma stratégie, sans prétention, et vous pourrez faire des liens avec votre quotidien. Il faut rêver, se lever et agir. C'est comme ça qu'on parvient à se dépasser. Le rêve, c'est une vision. Pour l'atteindre, il faut être motivé, Bernard Voyer PHOTO ALEXANDRE D'ASTOUS MÊME SI SON OBJECTIF N'EST PAS ATTEINT Moisson pourra répondre à la demande Louis Vézina assure que l'organisme pourra répondre à la demande. JB021298125 s'investir et travailler en équipe. Ne jamais oublier que nous ne sommes pas seuls dans la vie. Après un échec, il y a un deuil normal à faire, mais il faut repartir vite sur un autre projet. Soyons ambitieux, ce n'est pas un défaut. C'est le propre de l'être intelligent de vouloir améliorer son sort. Pourquoi ne pas être fier de ce qu'on a fait? La réussite engendre la réussite», précise-t-il. 300 étudiants ont une déficience À l'UQAR, 300 étudiants vivent avec une déficience motrice, auditive, visuelle ou organique ou avec un trouble d'apprentissage, un trouble envahissant du développement ou un trouble de santé mentale. «Nous avons une approche par besoin. Cela peut aller de l'accompagnement pour les déplacements, à la prise de note en passant par le soutien scolaire», indique Annie Duchesne, responsable du Service d'aide pour besoins particuliers à l'UQAR, responsable de l'organisation du colloque de jeudi. AD{JB011318002} A.D. Le directeur de Moisson Rimouski-Neigette, Louis Vézina, assure que l'organisme pourra répondre à la demande même si les objectifs de sa Grande collecte n'ont pas été atteints. «Nous avions haussé nos objectifs pour nous donner un coussin de sécurité, mais nous sommes confiants de pouvoir se rendre à la Grande Guignolée avec ces résultats et nos entrées régulières de denrées, notamment en provenance des supermarchés. Si on manque de denrées, on pourra en acheter avec l'argent amassé», explique celui qui s'at- tend à une hausse de la demande en raison des coupures à l'aide sociale et à l'assurance emploi. La Grande collecte a permis d'amasser 19 271 livres de denrées et 23 503 $. L'objectif était de 25 000 livres de denrées et 23 000 $. «Nous sommes fiers de voir que la population était encore au rendez-vous lors de notre Grande Collecte. Nous voulons aussi souligner la participation de la notaire Nadine Rioux qui a présidé l'événement pour une troisième année», commente le président de l'organisme, Éric Monfette, qui précise que les dons en argent sont toujours possibles via Paypal au www.moissonrimouski.org. JB021318003 Début 15 mai

  • Partager
    Page 5

    progresecho.ca AD{JB011177418} JB011177418 Progrès Écho, le dimanche 5 mai 2013 5 La dame est transportée jusqu'à l'ambulance, par des policiers et des pompiers.PHOTOS PIERRE MICHAUD Centenaire rescapée d'une chute dans un ravin Une opération de sauvetage pour récupérer une dame de 100 ans tombée dans un ravin, s'est soldée par un succès, vers 15 h 45, jeudi dernier, au Bic. PIERRE MICHAUD La dame, qui est autonome et habite seule une maison unifamiliale sur la rue Saint-Elzéar, dont la cour donne sur un ravin d'une dizaine de mètres aux abords la rivière du Bic. Selon des témoignages recueillis sur place, la dame a l'habitude Cette scène montre à la fois la situation dans laquelle s'est retrouvée la dame, entre les ronces et les rochers, et les efforts qu'ont dû déployer des pompiers pour la rejoindre. PHOTOS PIERRE MICHAUD de circuler sur l'arrière de sa propriété et elle aurait perdu pied tout simplement en se rendant à son extrémité Sud, où elle est tombée. L'urgence a été déclenchée quand une proche a constaté l'absence de la centenaire de sa résidence et est partie à sa recherche dans les environs. Le bon déroulement des opérations de sauvetage a été impressionnant. Ceux- ci ont nécessité la mobilisation d'une douzaine de personnes. Les efforts concertés des secouristes se sont conclus avec succès par la récupération de la pauvre dame. Des pompiers ont pu parler à la centenaire qui a été capable de leur donner des indications sur son état. Sa vie ne semblait pas en danger à la suite du sauvetage. La victime dans un état critique P.M.La centenaire rescapée du Bic, jeudi, était dans un état critique vendredi matin, selon les informations obtenues de la SQ. « La dame est dans un état critique, à l'Hôpital de Rimouski. Nous attendons des nouvelles en espérant qu'elle va s'en sortir. La victime a subi des blessures à la tête et au dos et elle souffrait aussi d'hypothermie », indique le sergent Ronald Mc Kinnis. La proximité de la rivière du Bic, déchaînée à cette période de l'année, a suscité les plus vives inquiétudes chez les voisins de la centenaire avant qu'on ne sache qu'elle était bien en vie. « Elle vit seule dans sa maison. Elle est pleinement autonome et très lucide. Elle s'occupe de sa maison qui est entretenue de manière impeccable. J'ai su un peu par hasard qu'il y avait une opération de sauvetage quand j'ai vu la rue bloquée. J'ai hâte devoir comment elle va », a indiqué la nièce de la victime, Thérèse Turcotte. Une autre proche de la victime, Ghislaine Leclerc, a indiqué à notre collègue Gilles Turmel, de TVA, que l'entourage de la centenaire lui vouait beaucoup d'admiration.

  • Partager
    Page 6

    www.rimouskiweb.com 6 Progrès Écho, le dimanche 5 mai 2013 progresecho.ca OPINIONS progresecho.ca LE COMMENTAIRE DE Normand Pelletier À quand...faire autrement? L e directeur général de l'École nationale d'administration publique, Nelson Michaud, affirmait en mars dernier qu'un nouveau « management » public doit considérer les gens comme des clients, des citoyens, et non seulement comme des contribuables. Qu'en est-il actuellement? Ce n'est certainement pas avec l'annonce de la Commission scolaire des Phares d'augmenter la taxe scolaire de 29 % que nous sommes sur la bonne voie. Et ce n'est pas fini pour les parents qui ont des enfants à l'école, alors qu'il s'ajoutera une hausse importante des frais afférents aux élèves, et ce, dès septembre 2013; une autre taxe déguisée refilée aux contribuables sans expliquer les efforts déployés à l'interne pour en absorber les impacts. La population est impatiente et tannée de faire les frais du laxisme et de l'incurie politique et administrative. SVP arrêtez de vous cacher derrière la vieille rengaine qui dit que l'administration publique doit faire plus avec moins, en faisant allusion aux compressions budgétaires du gouvernement. Il s'agit de FAIRE AU- TREMENT. À un nouveau défi, il faut trouver des moyens nouveaux pour être efficace et répondre aux besoins actuels; ce n'est pas simplement une question de % de frais de gestion. Le ministre Bérubé devrait refaire ses devoirs en faisant preuve d'imagination et cesser de pelleter les compressions à la base. Il faut sortir du carcan corporatif et se mettre en « mode » partenarial. Au rythme où vont les compressions sur la péréquation, le gouvernement finira par réaliser la promesse de Francois Legault. Il faut trouver le moyen d'engendrer des économies significatives pour alléger le fardeau fiscal des contribuables. Il est grand temps d'identifier des orientations claires et précises. Fini le temps des invitations au rapprochement; on passe à l'action et le grand ménage est de mise. À quand ? À quand un regroupement des services de la formation professionnelle et technique? Un guichet unique aux entreprises? Un partage des services entre commissions scolaires et cégeps? Un guichet unique de reconnaissance des acquis? Une stratégie de promotion et de publicité commune? Ces exemples de changements nécessitent un courage politique qui va dans le sens de mieux servir la clientèle. À quand une évaluation externe sur la gestion des fonds publics? Pas un exercice comptable, un réel exercice de transparence. À quand le débat sur l'utilité des commissaires, des administrateurs? À quand FAIRE AUTREMENT? La population est impatiente et tannée de faire les frais du laxisme et de l'incurie politique et administrative. 465, boul. Sainte-Anne, Rimouski G5M 1G1 Téléphone 418 721-1212 Ventes 418 721-1212 Distribution et plaintes 1 877 663-9002 Annonces classées 1 877 726-6730 Éditeur: Marc Pitre Directeur de l'information: Ernie Wells Journalistes : Pierre Michaud, Alexandre D'Astous, Miguel Tremblay Collaborateur : Mgr Pierre-André Fournier Adjointe à l'éditeur : Lisa-Marie Picard ISSN H000-0046 @ VOTRE OPINION NOUS INTÉRESSE ERNIE.WELLS@QUEBECORMEDIA.COM LETTRES DE NOS LECTEURS Réduire, réutiliser, récupérer et revaloriser Claire Boucher, Claire Dubé et Sylvie Pouliot, du Centre-Femmes de Rimouski En même temps que le «Jour de la Terre», le 22 avril dernier, le Centre- Femmes de Rimouski tenait son dernier toast-café de la saison sur le thème de l'Environnement. Dans les prochaines années, les principaux enjeux environnementaux du Québec seront : l'agroalimentaire, la santé des lacs, la réduction de la dépendance au pétrole, l'adaptation aux changements climatiques, le développement du transport collectif et la santé environnementale. Les solutions envisagées doivent s'orienter dans une perspective de DÉVELOPPE- MENT DURABLE. Collectivement nous devons poser des gestes concrets pour atteindre cet objectif. Voici une liste non-exhaustive de ces gestes : 1. Produire moins de déchets en privilégiant les sacs réutilisables et les produits moins emballés, en réutilisant, en recy- Adjointe aux opérations et Conseillère en publicité : Louise Ringuet Conseillers (ères) publicitaires : Julie Sirois, Yvon Beaulieu, Véronique Saint-Amand, André Proulx, Valérie Jenkins, Marie-Hélène Proulx, Hélèna Mongeon, Claude Rioux. Infographie : Centrale de montage Rimouski Directeur général régional, région Québec Est : Alain Saint-Amand Directeur général régional, Québecor Média : Mario Marois clant et en compostant. 2. Se déplacer autrement en optant pour le vélo, la marche, le train, l'autobus, l'autopartage et le covoiturage. 3. Manger et cuisiner des aliments produits ici le plus possible et dans le respect de l'environnement. 4. Économiser l'énergie en choisissant des appareils ménagers portant la mention ENERGY STAR et des ampoules à DEL. Abaisser la température de 3°C lorsque l'on quitte son domicile et pendant la nuit. 5. Économiser l'eau en optant pour une douche et une toilette à débit réduit, en préférant la douche au bain et en fermant le robinet lors du brossage des dents. Récupérer l'eau de pluie. Gandhi disait : « Sois le changement que tu veux être dans le monde ». Et : « Nous sommes ce que nous construisons! », selon Serge Orru. Ainsi, un bac bleu bien utilisé peut représenter 50% de nos déchets et le bac brun (compostage) 40%. Pour autre information, consultez votre Municipalité, le Conseil régional de l'environnement, Équiterre, notamment. Contre une hausse des tarifs en centre d'hébergement L'Association québécoise des retraités des secteurs public et parapublic (AQRP) s'oppose vigoureusement à l'idée que les personnes aînées en perte d'autonomie paient davantage pour leur place en Centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD). ALEXANDRE D'ASTOUS « Au Québec, nous avons fait un choix, celui d'aider notre prochain plus vulnérable. Les CHSLD sont financés à la fois par l'État et par les personnes hébergées. Les tarifs pour les places en CHSLD sont déjà élevés, indexés à chaque année et ajustés à la hausse en fonction du revenu. Le Québec a l'une des plus grandes proportions de personnes âgées à faible revenu au Canada. Nous ne croyons pas que les aînés du Québec, qui ont payé leurs impôts toute leur vie, devraient payer davantage pour les soins dont ils ont besoin. Avant de proposer de piger dans la poche de l'usager, les établissements de santé devraient s'assurer de réaliser tous les gains d'efficacité recommandés par le Vérificateur général, notamment en créant plus de places en ressources intermédiaires », déclare la présidente de l'AQRP, Lyne Parent. Tirage : 28 326 exemplaires Édité par Corporation Sun Media, ayant son siège social au 612, rue Saint-Jacques, Mont réal, Qc, H3C 4M8, imprimé par l'Imprimerie Journal de Québec, ayant son siège social au 450, avenue Béchard, Québec, Québec G1M 2E9 et distribué par Réseau Québecor Média, 900, St-Martin O., Laval (Québec), H7S 2K9, 1-877-663-9002.

  • Partager
    Page 7

    progresecho.ca La rénovation de la cuisine du Centre communautaire apparaît comme un sujet de discorde à Rimouski-Est, où on dirait bien que la campagne électorale municipale pour le scrutin de novembre est déjà commencée. PIERRE MICHAUD AD{JB011304117} Progrès Écho, le dimanche 5 mai 2013 7 Premières attaques à sept mois de l'élection! La situation est particulière. Une candidate, Cécilia Michaud, présidente du Comité sportif, et la présidente du Comité des 50 ans et plus, Antonine Michaud, qui l'appuie, s'opposent à la conseillère Denise Banville, en même temps qu'elles ont besoin de sa collaboration. Elles travaillent sur la rénovation de la cuisine, depuis deux ans. La phase I est complétée mais elles refusent d'accorder quelque crédit que ce soit à Mme Banville. « Nous avons obtenu 19 500 $, notamment du gouvernement fédéral, pour la hotte, les deux poêles, un réfrigérateur et l'îlot central. Nous avons eu besoin de la Ville pour les travaux électriques. Il reste à refaire les armoires pour la dernière phase et nous nous débrouillons avec nos sous. Ne me parlez pas de Mme Banville! Nous l'avons rencontrée en 2011 et elle n'a rien fait. Nous avons, cependant, eu un bon coup de main de Karine Desrosiers et de Guy Dionne, du Service des loisirs. Nous concentrons les activités du 40e anniversaire ce printemps pour pouvoir mieux appuyer « notre » candidate à partir de septembre », dit Antonine Michaud. « Honnêtement, c'est plus grâce au La famille au cœur des décisions des élus Plus que jamais, la qualité de vie des familles est au cœur des décisions des élus de la Ville de Rimouski, comme de celles de plusieurs autres villes du Québec. ALEXANDRE D'ASTOUS Rimouski est une pionnière en terme d'application de la politique familiale au Québec, ayant été une des premières villes à adopter une véritable politique familiale en 1994. Elle a été revue en 2005. «Une mise à jour sera adoptée par le conseil, le 6 mai et présentée à la population, le 7 mai. La politique familiale guide les décisions des élus. Elle prévoit favoriser l'accès aux activités à toutes les familles, peu importe leur revenu. Par exemple, nous avons aménagé des jeux d'eau au Parc Beauséjour, sans oublier l'aménagement de la Promenade de Cécilia Michaud et Antonine Michaud dans la fameuse cuisine du Centre communautaire Adhémar Saint-Laurent. PHOTO PIERRE MICHAUD la Mer dont l'utilisation est gratuite», indique le responsable du dossier famille à la Ville de Rimouski, Donald Bélanger. Qualité de vie «Aujourd'hui, les citoyens s'attendent à beaucoup au plan de la qualité de vie. Les municipalités ne font plus que s'occuper des routes, de l'aqueduc et des déchets. Il faut s'impliquer pour garder et attirer des familles. C'est d'autant plus important dans le contexte où la région devra combler 15 emplois d'ici 2015», précise le maire de Rimouski, Éric Forest. Au Bas-Saint-Laurent, 92 des 113 municipalités possèdent une politique familiale. Le Carrefour complète une consultation de 19 municipalités dans 16 régions pour préparer son 25e colloque annuel, les 24 et 25 mai à Boucherville. ANNONCEZ GRATUITEMENT VOS ÉVÉNEMENTS SANS BUT LUCRATIF ERNIE.WELLS@QUEBECORMEDIA.COM JB011304117 travail d'Antonine et des deux comités si on avance dans ce projet. On s'est organisées par nous-mêmes», ajoute Cécilia Michaud. «Pas ce jeu là » D'abord insultée, Denise Banville se ravise : « Je ne jouerai pas ce jeu là avec elles. J'aimerais faire une campagne AD{JB011297125} propre. À leur demande, je m'implique dans le dossier et elles pourront compter sur moi pour la poursuite du projet de cuisine intergénérationnelle qui est amorcé, mais pas complété. Elles ont obtenu des subventions qui les rendent imputables », rétorque-t-elle, ajoutant que la Ville a investi 7 000 $ dans la rénovation et que d'autres investissements sont à venir. JB011297125 www.rimouskiweb.com

  • Partager
    Page 8

    www.rimouskiweb.com 8 Progrès Écho, le dimanche 5 mai 2013 progresecho.ca AD{JB011266805} JB011266805 MIGUEL TREMBLAY miguel.tremblay@quebecormedia.com Tous les spectacles de la région, tous les jours, sur www.progres echo .ca Le pianiste Gaston Brisson honoré pour sa longue carrière Sœur Pauline Charron a rendu hommage à un ami de longue date, le musicien Gaston Brisson. PHOTO MIGUEL TREMBLAY Rimouski a récompensé ses artisans de la culture lors de son 6e Gala des prix culturels, jeudi, couronnant la soirée en rendant hommage à l'un de ses plus grands artistes, le pianiste Gaston Brisson. C'est son amie de très longue date, Sœur Pauline Charron, qui a présenté l'hommage à M. Brisson, organiste et pianiste reconnu au Québec. Originaire de Pointe-au-Père et fils du célèbre « violoneux » Ernest Brisson, Gaston Brisson a fait sa marque dans l'industrie québécoise musicale des années '60 à '80. Il a notamment collaboré avec Yvon Deschamps, Clémence Desrochers et Pauline Julien, pour ne nommer que ceux-ci. La chanteuse Julie Houde et le guitariste Sébastien Thériault ont d'ailleurs interprété une chanson de Pauline Julien, « L'étranger », composée par le pianiste rimouskois. « Pourquoi vous me faites un coup pa- Le bédéiste Vincent Rioux, alias « VoRo ».PHOTO MIGUEL TREMBLAY reil! », a-t-il déclaré d'emblée, visiblement surpris et ému de l'hommage rendu par Sœur Pauline et Lise Bonenfant. « On a dit beaucoup de choses de moi, et je vais rester fidèle à ce qu'on a dit : que je suis très discret. Je résume le tout en vous disant un gros merci », a ajouté M. Brisson. Lauréats La soirée a également permis de souligner l'importante contribution de plusieurs passionnés de la culture. Le prix Événement a été remis à l'Opéra-Théâtre de Rimouski pour sa production Titanic, ce qui a touché le directeur de l'organisme, Claude-Robin Pelletier. Le bédéiste Vincent Rioux, connu sous la plume de VoRo, a lui aussi été récompensé dans la catégorie Artiste ou collectif d'artistes. La Corporation des métiers d'arts du Bas-St-Laurent, pour la catégorie Organisme, et l'artiste multidisciplinaire Rémy Bélanger de Beauport, comme Artiste ou collectif de la relève, complètent le tableau des lauréats. Claude-Robin Pelletier, directeur de l'Opéra-Théâtre de Rimouski. PHOTO MIGUEL TREMBLAY

  • Partager
    Page 9

    progresecho.ca L'église du Bic reçoit « La Route de David » La sacristie de l'église Ste- Cécile-du-Bic accueille une pièce de théâtre inusitée, « La Route de David », un projet du Rimouskois Sébastien Thériault en collaboration avec le Théâtre les gens d'en bas, du 7 au 18 mai. MIGUEL TREMBLAY Guitariste de formation et ancien troupier au Cirque du Soleil, Sébastien s'attèle depuis trois ans à ce projet, qui retrace entre autre l'histoire de l'architecte David Ouellet (1844-1915), le penseur derrière Sébastien Thériault allie musique, voix et théâtre pour « La Route de David ». PHOTO THÉÂTRE LES GENS D'EN BAS Concerts de fin d'année à l'École de musique L'École de musique du Bas-Saint- Laurent présente ses concerts de fin d'année. Allez encourager les élèves lors des concerts qui auront lieu les : samedi 4 mai à 10 h (piano, classe d'Odette Robillard), samedi 4 mai à 13 h 30 (flûte et piano, classes de Rachel Beaudoin et Natacha Huot), jeudi 9 mai à 18 h 30 (chant, classes de Suzanne Langlois et Karine Lassonde), samedi 11 mai à 10 h (violoncelle, piano, violon et l'ensemble à cordes Stretto, classes de James Darling, Carmen Parent, Élise Lavoie et Hugues Laforte-Bouchard), samedi 11 mai à 15 h (guitare, classe de Miodrag Zerdoner), dimanche 12 mai à 10 h 200 églises québécoises, dont celle du Bic. S'y entremêlent également le mythique Roi David, personnage biblique ayant été le premier à bâtir un temple religieux, de même que Sébastien et sa passion pour l'architecture. « Je considère que David Ouellet est un symbole pour tous ces gens qui contribuent énormément, qui laissent une trace incroyable, mais qu'on ne connaît pas. Il a été très actif, de Québec vers l'Est. Comme plusieurs architectes, il a permis de développer et d'expérimenter l'industrie de la construction via les églises », explique Sébastien Thériault. « L'information historique est entière, mais j'y donne un caractère ludique, et ça donne presque un conte, que je raconte en jouant de la musique et en parlant. On peut s'attendre à être surpris, parce que c'est quelque chose qui n'a jamais été fait, ce dont je suis très fier », ajoute-t-il. Lieu privilégié Outre l'unicité du projet, c'est également le lieu choisi pour ce spectacle qui surprend. Peu de théâtre est joué dans des églises. Pour l'occasion, environ 60 sièges sont aménagés ce qui ajoute au caractère intime de « La Route de David ». « Je me sens très privilégié de pouvoir faire ça à la sacristie, qui a une acoustique que j'ai apprivoisée. Je suis impliqué dans le comité de restauration de l'église, et c'est en discutant avec l'ancien président de la Fabrique, Marcel Pineau, que m'est venue l'idée de la pièce», dit Sébastien. Réservations au 418-736-4141. (éveil musical, classe d'Annie Chabot), dimanche 12 mai à 15 h (saxophone, classe de Samuel Beaulieu), lundi 13 mai à 18 h 30 (guitare, classe d'Alexandre St-Pierre), mardi 14 mai à 18 h 30 (programme Concentration artistique primaire et secondaire), jeudi 16 mai à 18 h (piano, classe de Marie-Micheline Dubé). Ces concerts se dérouleront dans la Salle Fernand-Bujold de l'École de musique du Bas-Saint-Laurent, d'une capacité de 55 places, située au 22, rue Sainte-Marie. Tous ces concerts sont gratuits. Pour plus d'informations, veuillez nous contacter au 722-7602. Progrès Écho, le dimanche 5 mai 2013 9 AD{JB011326214} Grande finale de l'impro musicale La Ligue d'improvisation musicale de Rimouski (LIMR) présentera sa grande finale de la saison 2012-2013 le mardi 7 mai, à 20 h, à La Coudée du Cégep de Rimouski. Les Porcs-Épics de Frédéric-Alexandre Michaud (violon) affronteront les Bélugas de Simon Tweddel (guitare) dans un match enlevant rempli d'humour, de surprises et de bonne musique. L'équipe de Frédéric-Alexandre est complétée par Olivier Noël-Tremblay (batterie), Bastien Banville (basse), et Marianne Laroque-Couillard (saxophone). Sébastien Dupuis (basse), Samuel Fradette (trompette, claviers) et Jean-Étienne Joubert (batterie) sont avec les Bélugas. PHOTO YVAN COUILLARD Mme Régine Ruest de votre Centre de Santé La Maison Blanche est heureuse d'annoncer la nomination de Mme Élise Argouarc'h en tant que masso-kinésithérapeute diplômée en France. La fasciathérapie est une thérapie manuelle douce visant à prendre soin du corps dans sa globalité. Elle s'appuie sur notre capacité d'autorégulation naturelle pour soulager des douleurs aigues ou chroniques, migraines, insomnies, stress physique ou psychique. Tout en permettant une détente profonde. Ce soin relance la vitalité et la perception de soi. En France, la masso-kinésithérapie est une équivalence de la physiothérapie : À l'aide de plusieurs outils de soins et de rééducation, tels que le massage, on accompagne des personnes qui, par le fait d'une pathologie, voient la fonctionnalité d'une ou plusieurs parties de leur corps, réduite. (Arthrose, entorse lombaire, cervicalgie, blessures sportives, soins de soutiens de troubles neurologiques, respiratoire, circulatoires...) JB011326214 www.rimouskiweb.com

  • Partager
    Page 10

    www.rimouskiweb.com 10 Progrès Écho, le dimanche 5 mai 2013 progresecho.ca Apprendre à danser le swing en s'amusant L'école de danse Swing Compagnie démarre une nouvelle session de cours de danse le 8 mai, étalée sur six semaines et donnée à la salle Praxis et Poiesis (99, Évêché). MIGUEL TREMBLAY JB011323054 AD{JB011323054} Swing Compagnie est une initiative pour animer la communauté « swing » à Rimouski et ses environs, pour les gens qui ont envie de bouger au rythme des années '30 à '60 ou qui cherchent une activité de couple. L'école vise également à faire connaître cette danse énergique et joyeuse Le swing se danse en couple et génère beaucoup d'entrain et d'enthousiasme. qui prend forme sur des airs de jazz et de blues. « Ça s'adresse autant aux néophytes qu'aux danseurs avec de l'expérience. Ça prend une belle connexion entre les danseurs et on a toujours le sourire aux lèvres en dansant le swing sur des airs de ces années là», explique Annie Cayouette, l'une des fondatrices et professeur de Swing Compagnie. La prochaine session, qui se tient jusqu'au 19 juin (avec un cours ou deux par semaine), explore les bases du « East Coast Swing », que l'on peut peaufiner avec un cours plus avancé. Des soirées ont aussi lieu à tous les 1er mercredis du mois au Bar le 700, avec un cours d'initiation à 19 h 30, et de la danse libre à 20 h 30. Pour info et inscription: swingcompagnie@ gmail.com ou au 732-4564. « La faim des moyens » au Paradis Les ateliers de théâtre du Service des loisirs et de la culture de Rimouski présentent « La faim des moyens », le samedi 4 et le dimanche 5 mai à 19 h 30, au Paradis. L'entrée est gratuite. Synopsis : La Maison des jeunes de Rimouski a un problème particulier... elle a amassé trop d'argent lors de sa campagne de financement pour son voyage annuel. Douze jeunes comédiens travaillent à l'interprétation et à la confection des accessoires depuis octobre 2012 : Maude Banville, Valérie Bérubé, Jérémy Dubé, Laura Fortier-Alain, Alice Henry-Leblanc, Flavie et Laurence Landry, Micaela Mareque, Mathilde Olivier, Hélèna Parent-Thériault, Eveliina Rissanen, Julia Smith. Un jeune musicien, David Xie, accompagnera la pièce au violon. Texte et mise en scène par Hélène Papageorges.

Page 1 de 3

Un moment SVP